Date de la sortie : 16/06/12 – Entremont-le–Vieux (Chartreuse)
Participants : Christian + Guy + Cecile P. (SGCAF) ainsi que des savoyards…
Temps Passé Sous Terre : 3h30
Type de la sortie : Classique
Rédacteur : Cécile P.

Début juillet sont programmées les fêtes préhistoriques d’Entremont le Vieux, à l’occasion du dixième anniversaire du Musée de l’ours des cavernes. Le musée proposera la visite exceptionnelle de la grotte de la Balme à Collomb (listes complètes depuis fort longtemps) qui n’a pas été ouverte depuis… 4 ans !
Afin de préparer cet évènement, la grotte a été ouverte dès le WE du 16 juin pour réaliser quelques travaux de sécurisation de la trémie d’entrée, proposer une visite à un groupe de curieux scientifiques lyonnais « ursuspéleus » et d’inviter le Dauphiné Libéré à préparer une communication.
Ce haut lieu de la paléontologie, qui conserve un des plus remarquables gisements d’ossements d’ours des cavernes (ursus speleus, le vrai !), est en effet soigneusement fermé. Il a été fouillé de 1989 à 1994 sous la direction de Michel Philippe avec l’aide de nombreux spéléologues. Notre Agnès D. aura même découvert sa vocation de spéléo lors de ces chantiers archéo !

Christian ayant le bras long, les oreilles fines et les relations de confiance, nous voilà 3 spéléos du SGCAF dument autorisés en dernière minute à justifier notre présence en portant un bout de câble.

Nous arrivons donc de bon matin sous le magnifique porche de la Balme à Collomb, qui mérite la balade à lui seul. Nous prenons le temps de discuter avec les gardiens du parc (qui ont passé là une nuit de garde) et d’observer les bouquetins, et leurs tout jeunes cabris de 15 jours. Réintroduits en Chartreuse sur les 3 dernières années, les communautés semblent très bien s’acclimater.

La galerie qui fait suite au proche est magnifique, elle s’enfonce dans le massif, mais queute très rapidement. La suite du réseau a été trouvée grâce à un courant d’air s’échappant du remplissage en paroi de gauche. Une rude désobstruction dans une trémie a permis de réaliser plusieurs kilomètres d’exploration et de découvrir le fabuleux gisement d’ours des cavernes.
Guidés par l’un des explorateurs de la grotte, Jacques Nant, nous passons un passage bas et gravissons quelques mètres d’échelle pour prendre pied dans une grande salle. Le sol est un entonnoir de cailloutis qui se déversent dans le ressaut que nous venons de passer. Craquette attaque les travaux de sécurisation du haut de la trémie.

Nous le laissons à ses travaux pour suivre le récit de Jacques et arpenter la galerie principale en évitant les fils qui repèrent les secteurs de fouille. Plus de 400 m² ont été fouillés sur près de 20 à 40 cm de profondeur. La Balme à Collomb était accessible par une autre entrée, condamnée par un éboulement, et servait aux ours de lieux d’hibernation il y a plus de 30 000 ans. Les temps étaient durs, et certains ne passaient pas l’hiver… D’où la présence de nombreux ossements !

Aujourd’hui ne subsiste malheureusement pas grand-chose d’apparent. La grotte a été pillée…
Pour autant, on observe encore quelques témoignages qui nous remettent à notre place dans l’échelle historique… et on peut imaginer la stupeur des inventeurs progressant à travers l’un des plus grands gisements jamais découverts.

Plus d’infos sur :
http://www.musee-ours-cavernes.com/musee.htm
Je vous recommande d’ailleurs la visite du musée, avec ou sans enfants. Un film y rend très bien compte de la grotte et des techniques de fouilles.

Jacques nous emmène ensuite à la découverte du réseau des lacunes. C’est que le réseau Balme-Pincherin compte plus de 8km développés sous le Granier. Dont cette superbe balade dans quelques grands volumes puis dans des galeries très concrétionnées.

Au retour, nous prenons le temps de flâner à travers les zones de fouilles et de visiter la magnifique et énorme salle Michel, présentant de somptueuses couleurs et un miroir de faille très impressionnant.