Date de la sortie : 12/11/10 – St-Martin en Vercors (Vercors Drôme)
Participants : Cécile & Cyrille (SGCAF), Pierrot et Michel (APARS), Bebert (MAPS)
Temps Passé Sous Terre : 5h00
Type de la sortie : Classique
Rédacteur : Cyrille & Cécile

1ère partie d’un week-end spéléo haut en couleurs, avec le Gour Fumant. Les fortes pluies de la veille nous faisaient craindre la neige en surface ou bien une grotte plutôt arrosée. En traversant le plateau au niveau de Villard, c’est la crue ! La prairie d’Herbouilly est complètement dégagée (ainsi que la route, ouf). Nous choisissons d’entrer par le Vrai Gour pour 2 raisons :

  • l’ambiance est beaucoup plus « spéléo » et la succession de petits puits extrêmement sympathique côté Vrai Gour
  • l’ambiance est beaucoup moins humide que par le Faux Gour (selon Spéléo Sportive dans le Vercors)

On rentre donc sous terre aux alentours de 13h30, Bebert en pointe avec Cécile pour équiper.

Les premiers puits sont rapidement descendus et l’on arrive confortablement dans la galerie, où un coup d’œil sur la gauche nous permet d’apercevoir l’entrée par le Faux Gour qui dégueule effectivement abondamment de l’eau. On enchaine sur la sympathique boîte aux lettres (complètement sèche, contrairement à la douche rien que pour accéder au sommet du Grand Puits), trois autres puits, tout en remarquant au fil de la progression le bruit de plus en plus audible de l’eau.

L’actif est enfin rejoint. On ne peut pas parler de crue, mais les habitués du lieu (Cécile et Bébert) confirment que le paysage est différent de son régime normal : nous trouvons l’eau beaucoup plus tôt qu’habituellement et plus bas il y a quand même pas mal de débit. Un petit passage un peu délicat sera franchi en toute sérénité grâce à Michel et sa corde de 7 mm, ça s’appelle le métier, respect !! Nous enchainons ensuite dans un très beau méandre entrecoupé de cascades et de bassins. Avec toute cette eau, l’ambiance est au rendez-vous. Nous poursuivons ainsi jusqu’à environ -120, puis remontons vers la surface.

Nous sommes dehors vers 18h30, il fait relativement bon et la courte remontée à travers bois est très plaisante. Nous nous changeons rapidement, puis rentrons rapidement, puis on mange rapidement (ça c’est pas tout à fait exact, mais bon, passons) et tout le monde rejoint les bras de ce sacré Morphée sans se faire prier. Car demain, la Dent de Crolles est au programme. Et ça, c’est une toute autre histoire…